Mon #WCW de la semaine: Viola Davis

Hey guys!

I’m Back!!! Désolée pour la pause en janvier! Je travaillais sur plusieurs projets et pas le temps d’écrire! Mais je suis de retour pour vous jouez un mauvais tour! (vous avez saisi la référence? hein? hein??)
Chaque Mercredi, je rédigerai un portrait de ma #WCW.
Qu’est ce que le « #WCW » ? C’est  l’abréviation de Woman Crush Wednesday. Chaque mercredi sur les réseaux sociaux, on publie la photo de sa femme coup de cœur. 
En partant de ce principe, chaque mercredi, je ferai le portrait d’une femme qui a une influence positive. 
Pour ce premier #WCW et mon premier article de l’année , je veux vous parler de l’actrice Viola Davis.
Il y a quelques semaines, elle a remporté le trophée de la meilleure actrice lors du SAG et a prononcé un discours très émouvant: 
« Merci à mes producteurs Paul Lee, Shonda Rhimes, Betsy Beers, Bill D’Elia, and Peter Nowalk pour avoir pensé que le rôle d’un professeur en criminalité, hautement sexualisé et qui a plein de problèmes, pouvait être joué par une afro américaine de 49 ans »

Yeah baby!
A 49 ans, Viola Davis est enfin devenue une actrice aux talents reconnus dans la jungle hollywoodienne et cela sans faire la une des journaux à scandales.
Révélée grâce au film « La Couleur des Sentiments », elle explose dans la série « How to Get Away With Murder ».

Elle a réussi à déjouer tous les pièges hollywoodiens : l’âge, la couleur de peau et le genre. Disons le clairement : dans la ville de tous les possibles, les barrières sont plus hautes pour les femmes âgés de plus de 35 ans au teint plus bronzé.  
Et des désillusions, Viola en a eu beaucoup et c’est peut être grâce à cela qu’elle est devenue la femme forte d’aujourd’hui.
Une enfance difficile.Dans la pauvreté extrême où elle a dû lutter pour survivre. 
« J’ai volé, j’ai escaladé d’immenses poubelles pleines d’asticots et je suis devenue amie avec les voisins dont la mère préparait trois repas par jour. J’ai sacrifié mon enfance pour la nourriture et j’ai grandi dans une honte immense ». Dans le pays de tous les excès, elle a vécu en dehors du rêve américain. 
Sa couleur de peau
« L’image que je me faisais de moi même était vécue dans la bouche d’enfants blancs qui me traitaient de moche et ensuite je rentrais à la maison, où je retrouvais une mère, qui, elle même n’aimait pas sa propre beauté. » 
Très jeune, elle a été confrontée aux rejets à cause de sa peau foncée. La discrimination selon la couleur de peau dans une Amérique post Obama est toujours très forte. Dans beaucoup d’inconscient, plus on est foncé, moins on est belle. Elle aborde ce sujet difficile dans le documentaire d’Oprah Winfrey « Dark Girls » et comment elle a réussi s’accepter . 
Accepter ses cheveux crépus

« I took off my wig because I wanted to step into who I was. I felt like every time I put on a wig I was apologizing for being a dark-skinned woman with curly hair, like I was hiding it. »
« J’ai décidé d’enlever ma perruque parce que je voulais réellement ce que j’étais. J’avais l’impression qu’à chaque fois que je portais une perruque, je m’excusais d’être une femme à la peau noire foncée avec des cheveux bouclés. Comme si je voulais le cacher« . 
Elle a décidé d’assumer ses cheveux crépus et ainsi aimer une partie d’elle. 
Le cheveu crépu aux USA est un sujet aussi sensible et complexe que la couleur de peau. Certaines femmes détestent leurs cheveux crépus et font tout pour le camoufler. Le cheveu crépu est encore vu comme un cheveu sale, peu professionnel ou encore « trop esclave ». 
Son apparence lors des oscars 2012 a fait sensation en abordant une mini afro colorée sur le red carpet! C’est une image rare sur le tapis rouge des Oscar. Au bras de son mari, elle était rayonnante et libérée de ses peurs. Elle a appris s’aimer, ne plus se cacher sous une perruque. 
Rayonnante! 

Sa beauté jugée « moins classique » par le journal New York Times. En gros, t’es trop moche pour être héroïne meuf

La journaliste reprochait à Shonda Rhimes (la réalisatrice de Grey’s Anatomy, Scandal) d’avoir choisi pour sa nouvelle série, une femme qui ne répondent à aucun des critères de beauté « classique » : sveltes, clair, cheveux lisses etc

Voir une femme au teint si foncée, au nez épatée, aux lèvres épaisses  si séductrice, sûre d’elle, intelligente,charismatique et détenir un poste d’avocate surdouée est tellement rare dans les écrans que cela paraissait impossible pour cette « journaliste « .
Cette beauté  » moins classique »  a effectué le meilleur démarrage de histoire de la télévision .
You mad honey? 
Face à toutes ces critiques,  elle a continué à avancer et à triompher de tous ses détracteurs. 

Le message que renvoie Viola Davis c’est de s’accepter tel que l’on est! Avec ses forces et ses faiblesses. 

Sortir du carcan de la société, définir sa propre beauté et l’imposer! 

Soyez fière de ce que vous êtes! Et lorsque vous aurez passé ce cap, viens ne vous semblera inaccessible. 

 Voilà pourquoi Viola Davis est ma #WCW!
Et si une personne ose vous critiquer, citez lui cette phrase de la poétesse Maya Angelou:
You may shoot me with your words, you may cut me with your eyes, you may kill me with your hatefulness, but still, like air, I’ll rise!!!”
Vous pouvez m’abattre de vos paroles, me découper avec vos yeux, me tuer de toute votre haine, mais comme l’air, je m’élève pourtant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *